Blog

Louis Bernier

Louis bernier

M. Louis Bernier reçoit sa ceinture noire sandan (3è dan) de sensei Claude le 14 septembre 2017. 

Je pratique le judo depuis l'âge de 5 ans.  J'ai fait de la compétition au niveau provincial et national jusqu'à l'âge de 18 ans.  J'ai commencé à arbitrer à l'âge de 16 ans.  Je suis présentement arbitre de niveau continental et est actif sur la scène internationale.  J’ai enseigné au club durant 14 ans avant de déménager sur la Rive-Nord.  J'enseigne maintenant à des jeunes de 5 à 15 ans à Ste-Anne des Plaines ainsi qu'à des jeunes débutants au club de Judo de Blainville.  Je demeure cependant affilié fièrement au club Judo-Monde.

1.    Quand avez-vous commencé à faire du judo, où et pourquoi ?
J'ai commencé à faire du Judo à l'âge de 5 ans.  C'est ma mère en feuilletant un dépliant sur les activités offertes dans le quartier qui m'a proposé de participer à cette activité.  Je ne savais pas dans quoi je m’embarquais et il a fallu quelque cours pour que j’apprécie ce sport.

2.    Quelles incidences a eu le judo dans votre vie ?
Le judo m'a permis de voyager, de rencontrer plusieurs personnes formidables et de m'accomplir en tant que personne et athlète.

3.    Quelles activités de judo faites-vous, et laquelle préférez-vous (kata, combat, arbitrage, enseignements, ou autres) ?
Je fais pratiquement tout ce qu'on exige pour le troisième dan.  Il est clair que l'arbitrage pour moi est le plus important.  Je vise de faire au moins un championnat du monde un jour.  J'aime aussi l'enseignement, particulièrement compétitif.  Le judo pour moi est avant tout un sport et je le pratique et l'enseigne comme tel.  J'ai beaucoup aimé les combats mais comme je m'entraine peu, j'en fais moins.

4.    Quelle est l’expérience la plus divertissante que vous avez vécue en relation avec le judo?
Les voyages que j'ai fait.  J'ai vécu de bons moment à Gaspé.  Mais le summum est quand je pars à l'étranger pour arbitrer.  Étant un passionné de voyage, je peux joindre l'utile à l'agréable.

5.    Comment a été votre expérience, en général, pour vos passages de grade ? Aussi, est-ce-que vous auriez des mots/ conseils pour aider d'autres personnes dans leur passage de grade?
Les passages de grade sont pour moi un horreur.  Ce n'est vraiment pas ce que je préfère.  Toutefois, la clé du succès repose dans un premier temps sur la préparation et l'entrainement.  Par la suite, allez faire les stages et déplacez-vous dans les dojos des membres de la commission des grades pour prendre de l'expérience.  Finalement, il faut être en bonne forme physique afin de faire l'examen au meilleur de ses capacités.

 

Leftraru Gonzalez-Tucas avec la collaboration de M. Louis Bernier

Sensei Claude

Claude leoMonsieur Claude Bédard pratique le judo depuis plus de 40 ans. Il enseigne présentement le judo au groupe de 10 à 16 ans les jeudis soir. Il est aussi le directeur technique de notre club Judo Monde.

Quand et comment en êtes-vous arrivé à la pratique du judo ?

Réponse : J’ai commencé à pratiquer le judo en 1973 à l’âge de 14 ans. J’avais vu dans notre journal de quartier, soit la Voix Populaire, une annonce du club Jukaïdo Judo Jiu-Jitsu Defense Club. Ma mère m’a demandé à ce moment si j’avais de l’intérêt à débuter le judo. J’ai dit oui sans savoir quel type de sport cela était. J’ai débuté le judo au Centre Mgr. Pigeon, centre sportif qui existe encore aujourd’hui et qui est situé à Côte St-Paul (rue Angers). Dès le début (il y a 42 ans), j’ai aimé cela.

Est-ce que le judo a eu une influence sur votre vie à l'extérieur du dojo ?

Réponse : Oui, le judo a, et a eu de l’influence dans ma vie à l’extérieur du dojo. Dans les questions ci-dessous, je vais énumérer les qualités développées depuis le début de la pratique de cet art martial.

Qu'est-ce que le judo vous a appris dans votre vie en général et quelles leçons en avez-vous tirées ?

Réponse : Dans un premier temps, le judo m’a appris la persévérance. Sans celle-ci, il m’aurait été impossible d’aller au bout de grands projets durant ma vie autant personnelle que professionnelle. Malheureusement, quand j’étais plus jeune, j’avais tendance à abandonner mes projets en cours de route dès que des difficultés survenaient. Ce sport m’a inspiré l’énergie nécessaire pour aller au bout de ceux-ci. À chaque fois que cela est arrivé, j’en étais très fier.

De plus, j’ai pris conscience de l’importance du respect, de la discipline, du travail bien fait, de la propreté, de l’amitié et de l’aide mutuelle. J’ai appris le principe de l’utilisation minimum de l’énergie dans l’objectif d’obtenir un maximum d’efficacité. Finalement, la ponctualité et l’assiduité sont importantes.

Quand, dans votre parcours, votre passion pour le judo est-elle arrivée ?

Réponse : Ma passion pour le judo a débuté lorsque j’ai commencé à être professeur-adjoint et s’est poursuivie lorsque je suis devenu sensei, vers l’année 1980. Elle est aussi vive aujourd’hui même si mes intérêts inhérents au judo ont évolué avec le temps.

Qu'allez-vous chercher dans votre vie à travers le judo ?

Réponse : Même si ma vie personnelle est belle, l’ajout du judo dans celle-ci est un apport extrêmement important pour moi. Le judo a influencé ma vie en général. Je ne serais pas le même aujourd'hui si je n’avais pas débuté celui-ci il y a quelques décennies. Je remercie la vie de me permettre de faire encore du judo.

 

Léo Palardy avec la collaboration de Sensei Claude